Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Feu Réné Jam Afane représenté par André Jam Afane fils, feu Minkyo Bamba dont les ayants droits ne sont pas toujours jusqu'ici retrouvés par la fondation, l'Addec representée par son leader charismatique et historique Mouafo Djontu, Madame Madeleine Afité de l'Acat Littoral reçoivent individuellement leur prix à Génève. La cérémonie a eu lieu le samedi 30 mai dernier à l'hôtel Ramada Encore, où un parterre d'invités venus de l'Afrique, des Etats Unis d'Amérique, du Cameroun, de l'Europe ont pris part à la cérémonie. 

C’est la première fois que la cérémonie de remise du Prix Moumié regroupe autant de monde, contrairement à la première édition dont Mboua Massok était le tout premier lauréat avec la participation de diverses organisations, personnalités aussi bien de la société civile que politique.

Pour la cérémonie, les invités ont remarqué la présence physique de Madame Madeleine Afité, militante inlassable et infatigable des droits de l'Homme au Cameroun et présidente de l'Acat Littoral, de Mouafo Njontu le leader historique de l'Addec, de l'artiste Jam Afane André, le fils de René Jam Afane, de Jean Claude Shanda Tonmé de la Commission Indépendante contre la discrimination et la corruption au Cameroun, de Monsieur Pius Njawé, le directeur de publication du premier quotidien privé Le Messager du Cameroun , de Monsieur Bwemba Bong, figure emblématique de la lutte indépendantiste, de Madame Odile Biyidi Awala née Tobner, épouse du feu Mongo beti que l'on ne présente plus, présidente de Survie- France et militante anti colonialiste, de Monsieur Ekoga Siméon le président du Rassemblement Démocratique du Peuple Gabonais ( RDPG), de Frank Garbely le journaliste cinéaste et auteur du film intitulé "L'Afrique sous contrôle" sur l'assassinat de Félix Moumié, Nestor Djonkam, candidat en 2011 aux Usa à la mairie de Washington, de Ndzana Seme, directeur de publication de The African Independent, etc.

Les camerounais, africains, amis du Cameroun venus de France, d’Allemagne, de Grande Bretagne, du Cameroun, de Hollande, de Luxembourg, de Belgique etc.…ont eu une journée pleine de travaux avec des significations historiques assez éloquentes.
 

La matinée du 30 mai a été marquée par la procession silencieuse des différentes délégations sur la "Grand Rue" ancienne Rue des Pâquis où un dépôt d'une gerbe de fleurs a été effectué devant la galerie d'oeuvre d'art qui occupe les locaux qui abritaient dans les années soixante le restaurant " Le Plat d'argent" où Moumié fut empoisonné en novembre 1960 par un agent secret français.

Devant cette fameuse galerie, l'ambiance est insoutenable après des séries de discours prononcés par Mouafo Njontu, Pius Njawe, Madame Afité, Brice Nitcheu, Nestor Djonkam , Ekoga Siméon etc.

Les responsables de cette galerie par respect aux participants à cette cérémonie de procession, vont fermer leurs locaux aux touristes durant les 2 heures d'activités, le temps de donner l’occasion à tous d’assister à cette cérémonie qui en moins de 15 minutes avait appâté des dizaines de touristes.

Dans la soirée l'on assistera dès 20 heures à une grande conférence publique tenu à l'Hôtel Ramada Encore situé à la Route des Jeunes n° 10 12 à Carouge/ Genève, modérée par l'infatigable Madame Rebecca Tickle avec un panel d’intervenants  très alléchant. Les invités qui y ont pris part ne s’y sont pas trompés.

L’honneur est revenu à M. Thierry Amougou d’ouvrir les débats avec la présentation de la Fondation Moumié et la symbolique de ce prix.

Mouafo Njontu le représentant de l'Addec en raison de son activisme dans la défense des droits des étudiants au Cameroun a ému l’assistance par son exposé poignant de l’Etat de non droit qui règne au Cameroun.

L'exposé de Madame Odile Biyidi a suscité une très forte émotion dans la salle quand elle a évoqué la situation du double jeu de la France en Afrique. Selon cette dernière, la Françafrique est comme « une nébuleuse d’acteurs économiques, politiques et militaires, en France et en Afrique, organisée en réseaux et lobbies, et polarisé sur l’accaparement de deux rentes : les matières premières et l’Aide publique au développement. La logique de cette ponction est d’interdire l’initiative hors du cercle des initiés. Le système autodégradant se recycle dans la criminalisation. La présidente de Survie-France est convaincue que la françafrique est naturellement hostile à la démocratie.

Mr Jean Claude Shanda Tonme, diplomate chevronné, expert consultant en relations internationales a abordé l’actualité avec la question de la conditionnalité de la réalisation de la justice, dans la validation des processus de la réconciliation nationale. Il a insisté sur le risque d’embrasement que fait peser sur le Cameroun la volonté du pouvoir en place au Cameroun de perpétrer une situation de ni paix et de ni guerre au Cameroun

C’est à une véritable leçon d’histoire que l’assistance a eu droit de la part de Monsieur Pius Njawé, directeur de publication du quotidien camerounais le Messager. Il a entretenu le public sur la problématique de la résistance démocratique au Cameroun. Monsieur Njawé est revenu sur le rôle éminemment avant-gardiste joué par les leaders historiques camerounais tels Um Nyobé, Ouandié, Ossendé Afana, Abel Kingué, Félix Roland Moumié etc. au moment de la lutte contre le colonialisme. Il en a profité pour remercier la fondation Moumié pour cette initiative sans oublier Frank Garbely. A la jeunesse africaine, Pius Njawé affirme à son égard qu'elle est "jeune pour se taire et très tôt pour qu'elle se résigne".


Madame Madeleine Afité, l'une des lauréates de l'édition 2009 du Prix Moumié est revenue sur la sellette avec l'état des lieux de la situation des droits humains au Cameroun et le règne de l'impunité. Cette militante des droits de l'Homme et par ailleurs présidente de l'Acat Littoral conclura son exposé en affirmant que les champs du combat pour les droits de l'Homme sont encore longs au Cameroun

André Jam Afane, artiste de son état, fils de Réné Jam Afane, prendra également la parole pour remercier la Fondation Moumié et surtout, il est revenu sur les étapes de l'écriture et de l'adaptation de l'hymne national du Cameroun.
 

Selon lui, L’histoire retiendra aussi que René Jam Afane, compositeur des paroles et Samuel Minkyo Bamba, compositeur de la musique comme principaux auteurs.


Nestor Djonkam profitera de sa présence à Genève pour inviter la jeunesse à croire en ce qu'elle fait. Il affirme par ailleurs qu'il sera pour la seconde fois candidat aux élections américaines de 2011 à la mairie de Washington

La remise solennelle du prix



C'est aux environs de 21 h 30 que les  différents lauréats à savoir l’'Addec, représenté par Mouafo Ndjontu, Madeleine Afite de l'Acat Littoral, feu Réné Jam Afane représenté par André Jam Afane (son fils) et feu Minkyo Bamba (dont le prix a été remis au secrétariat de la fondation)  recevront leur prix.


L’absence regrettée de Monsieur Enoh Meyomesse et des représentants de la famille Minkyo Bamba ...


Pour des raisons indépendantes de sa volonté, Monsieur Enoh Meyomesse, homme politique et historien, président de Parena (Parti de la renaissance nationale au Cameroun) n’a pas pu être présent à Genève. Idem pour les représentants de la famille Minkyo Bamba dont la fondation Moumié recherche toujours les coordonnées depuis le Samedi 8 Novembre 2008, date de la publication à Bruxelles des noms des différents lauréats.


La soirée fut animée par les artistes André Jam Afane et BINDA . Le public a exulté et repris en chœur les refrains des chansons "chaudes, engagées et en live" interprétées par les deux artistes qui pour la petite histoire se sont rencontrés pour la première fois au cours de cette soirée.


La fondation Moumié par la voix de sa présidente Clarice Hanssens pourra se rendre dans les jours à venir en Guinée afin de rencontrer les autorités guinéennes au sujet de la disparition du corps de Félix Moumié du cimetière où il avait été enterré en Guinée et aussi ajoute t-elle, son organisation devra interpeller les députés camerounais afin que les noms de Minkyo Bamba et de Réné Jam Afane figurent dans les programmes d'histoire au Cameroun.


Le public a également assisté au lancement de "la Mémorial Funds" dont les fonds aideront dit-on à relancer le procès de Félix Moumié et à lutter contre l'impunité en Afrique


.

Pour mémoire, le prix Moumié a été initié par la fondation éponyme dans le but de  récompenser un camerounais, un africain ou un ami de l'Afrique qui s’est illustré ces années dans la constance pour l’instauration d’un véritable Etat de droit au Cameroun ou en Afrique ou mieux encore, à toute personne qui se révèlerait par son combat démocratique.


Plusieurs organisations ont pris l’engagement de se tenir aux cotés de la Fondation Moumié afin de "panafricaniser" le prix. Pour l'édition prochaine, le président de l'université africaine de Genève a promis de réserver les locaux  de son institution dans le cadre des manifestations futures organisées par la fondation Moumié. Dans nos prochaines éditions, nous reviendrons plus en détail sur cet évènement.

La cellule de la communication de la Fondation Moumié

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :