Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rudolf Douala Manga Bell fût parmi les hommes les plus illustres du Cameroun. Il s'était opposé à la main mise allemande sur la ville de Douala.Il est mort pendu en 1914. Rudolf Douala Manga Bell naît en 1872 à Cameroontown (ancienne appellation de la ville de Douala) de Manga Ndoumbé et de Tomédi Mouasso. Il est le petit fils de Ndoumbé Lobé (King Bell, 4ème de la dynastie des Bell fondée en 1792)

 

Depuis 1884, les chefs Duala, Dicka Mpondo (King Akwa) en tête, ont signé le traité de protectorat germano-duala, qui place le Cameroun sous la protection de l'Allemagne. Cameroontown devient Kamerunstadt.

 

En 1891, à l'âge de 19 ans, après avoir fait son école primaire et une partie du secondaire à Douala, Douala Manga est envoyé en Allemagne pour y continuer ses études. Il s'inscrit au lycée d'Aalen puis à l'Université de Bonn où il apprend le droit.

 

En 1896, après avoir terminé ses études, il rentre à Kamerunstadt (Douala). En 1897, son grand-père Ndoumbé Lobé meurt. Son père Manga Ndoumbé devient le chef supérieur des Bell (5ème de la dynastie). En Décembre, Douala Manga épouse une métisse, Mlle Engome Dayas dont le père Dayas est anglais. En 1902, Kamerunstadt reprend son appellation originelle et redevient Douala (éponyme de Ewale fondateur de la ville). Buéa devient la capitale du Cameroun.

 

En 1908, suite à la mort de son père, Rudolf Douala Manga est intronisé chef supérieur du clan des Bell qui regroupe les Bonamandone, Bonapriso, Bonadoumbé, tous propriétaires et habitants du plateau Joss à Douala.

En 1910, Théodore Seitz, gouverneur allemand au Cameroun soutient un projet d'urbanisation dit « Gross Duala » qui doit faire de la ville, l'un des plus grands ports d'Afrique.

 

Seitz prévoit pour cela d'exproprier les Duala de leur lieu d'habitation traditionnel qui doit devenir la ville européenne. De nouveaux lotissements (New Bell, New Akwa, New Deido) seront aménagés à l'arrière du pays pour les autochtones selon le nouveau plan d'urbanisation. Ces nouveaux lotissements seront séparés de la ville Européenne par un no man's land de un kilomètre de large. Rudolf Douala Manga va s'opposer à ce projet qu'il qualifie de « projet d'apartheid »

 

En 1913, malgré les protestations de Douala Manga et des habitants du plateau Joss (Bonanjo) clan Bell, ceux ci sont notifiés par décret de leur expropriation.

 

Douala Manga fait alors savoir aux allemands que le traité de 1884 ne prévoit pas l'expropriation des autochtones de leur lieu d'habitation. La tension s'accroît entre les populations locales et les autorités coloniales allemandes. Le 4 Août, Douala Manga est relevé de ses fonctions de chef supérieur, ce qui lui fait perdre sa pension annuelle de 3000 Marks. Malgré cela, il ne rennonce pas à son opposition au projet allemand.

 

En 1914, à la suite de nombreuses pétitions que Douala Manga Belle envoie en Allemagne, l'affaire de l'expropriation fait l'objet de vifs débats au parlemen allemand (reichstag).

 

Pour contrer les manoeuvres dilatoires des autorités coloniales locales, Douala Manga Bell dépêche alors son sécrétaire Ngosso Din en Allemagne. La mission de ce dernier est de susciter en Allemagne un mouvement de solidarité en faveur des auochtones qui refusent toujours l'expropriation.

 

Sur place au Cameroun, compte tenu de la tournure que prennent les évènements, Douala Manga Bell entre en contact avec certains chefs de l'intérieur du pays notamment les chefs de Yabassi, Yaoundé, Dschang, Banyo, Ngaoundéré, Bali, Baham et le roi des Bamoun. Il demande leur appui dans le conflit qui l'oppose avec les autorités coloniales allemandes.

 

Informé des contacts pris par Douala Manga avec les chefs supérieurs de l'intérieur pour le soutenir dans sa lutte, le Sécrétaire d'Etat aux colonies M. Solf, ordonne l'arrestation du chef des Bell. Le 10 Mai, Douala Manga est arrêté à Douala sous l'inculpation de haute trahison.

 

Son sécrétaire Ngosso Din est arrêté le 15 Mai en Allemagne et embarqué à destination de Douala le 24 Mai 1914.

 

Les partisans de Douala Manga Belle, de Ngosso Din et leurs proches parents sont tous arrêtés en Juillet 1914, enchaînés et jetés en prison. Après une instruction rapide, Douala Manga Bell et Ngosso Din sont jugés, condamnés à mort puis exécutés par pendaison le 8 Août 1914.

 

Extrait de la pétition du 20 Février 1913 signé par Douala Manga s'opposant à l'apartheid à Douala

" Nous commençons par nier le besoin de créer une ville européenne et une ville purement indigène. La conception selon laquelle ces deux aménagements sont nécessaires n'est soutenue ni par les colons commerçants, les missionnaires...le gouvernement mis à part, plus précisément une partie de ses fonctionnaires, ni par tous les indigènes.


En outre, l'assainissement de Douala n'exige pas une séparation spatiale aussi vaste de ses quartiers."

 

Sources : Les Grandes figures historiques du Cameroun, Collection Biographies, Editions MEDIA CAMEROUN, p. 2-3
 

Par Samuel Nelle, Grioo.com

Tag(s) : #Flash- back dans l'histoire

Partager cet article

Repost 0