Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ils sont connus, les lauréats de  la 2nde édition du Prix Moumié. C’était à l’issue d’une conférence internationale tenue samedi dernier à Bruxelles. L’association pour la défense des Droits des Etudiants du Cameroun, ADDEC et Madeleine Afitté, Coordinatrice de la maison des droits de l'homme au Cameroun et présidente de la section Littoral de l’Action  Chrétienne pour l’Abolition de la Torture, ACAT. A titre posthume, les regrettés de mémoire René Jam Afane  et  Minkio-Bamba, auteurs compositeurs de l’Hymne National du Cameroun ont reçu un prix spécial. Le rapport  de al fondation signé de l’administratrice, Clarice Hansen, fournit plus d’explications sur les nominés.

 

LES LAUREATS EDITION 2008

Le samedi 08 novembre 2008, LA FONDATION MOUMIE© a décerné à Bruxelles le Prix Moumie  2008 à :


ADDEC

Association pour la Défense des Droits des Etudiants du Cameroun

BP 15377 Yaoundé – Cameroun

L’un des problèmes majeurs du Cameroun, c’est la formation de l’élite politique,

qu’aucun parti politique de l’opposition ne considère comme une de ses taches

essentielles dans la dynamique de changement. La conséquence de ce manque de

formation des cadets, moteurs naturels du changement politique, est la coagulation

de la scène politique actuelle au Cameroun qui présente les mêmes visages, avec

l’age minimal de la classe politique qui tourne autour de 60 ans, selon une enquête

du journal La Cité ! Or si l’on considère que les associations estudiantines sont et ont

toujours été aux avantpostes du changement en Afrique, si l’on considère que de

nombreuses figures politiques camerounaises sont passées par l’action syndicale

estudiantine (par exemple Castor Ossende Afana, Francois Sengat-Kouoh, etc.), il est

important de soutenir les actions de l’ADDEC, surtout par la mobilisation de la

communauté Internationale en faveur de leurs actions.

L’ADDEC s’est aussi impliquée dans la défense des droits de l’homme en général (par exemple à travers l’opération ‘Main Tendue’, pour la défense des prisonniers

massivement arrêtés lors des émeutes du mois de février 2008). L’ADDEC a soutenu

ces prisonniers de février 2008 par des actions diverses, (par exemple un sit-in avec

Joe la Conscience devant l’Ambassade des Etats Unis). Ils ont également organisé des

visites au sein de la prison de Kondengui pour remonter le moral des prisonniers de

février


Madame Madeleine Afitté

Présidente de l’ACAT Action  Chrétienne pour l’Abolition de la Torture Section du Littoral, Cameroun pour son combat en faveur du respect des Droits de l’Homme ; pour son indépendance d’esprit qui la place au dessus des joutes politiques et des cercles de pouvoirs ; pour son abnégation, son opiniâtreté, et son courage extraordinaire. Ses dénonciations des tueries du mois de février 2008 et des arrestations massives des citoyens protestataires du même mois ont été plusieurs fois citées par les leaders d’opinion qui l’ont choisie.
 

Feu René Jam Afane  et Feu Minkio-Bamba

Auteurs compositeurs de l’Hymne National du Cameroun

LA FONDATION MOUMIE© a décerné un Prix Spécial à titre posthume aux deux

génies qui ont eu l’inspiration éternelle de l’Hymne National du Cameroun, mais qui

sont tous les deux morts dans un dénuement insultant, et dont la Mémoire éternelle

sombre aujourd’hui comme hier dans l’oubli total des faiseurs de destins qui dirigent

le Cameroun. L’un des voeux de René Jam Afane et de Minkio Bamba, exprimés dans le l’un des couplets de l’Hymne national, à savoir « Comme un soleil ton Drapeau fier doit être, un symbole ardent de Foi et d’Unité » n’a trouvé aucun écho auprès de ceux qui sont censés incarner les institutions républicaines.

Apres avoir offert au Cameroun l’un de ses symboles les plus puissants, René Jam

Afane et Minkio-Bamba sont morts dans l’indigence, inhumés dans l’indignité par

l’orgueil des décideurs, et oubliés par le Peuple Camerounais. Leurs tombes sont

abandonnées dans une broussaille dans le Sud du Cameroun, et l’Ecole de Foulassi ou ils ont écrit l’Hymne se trouve dans un état de délabrement qui tue pour la deuxième fois leurs Mémoires.

LA FONDATION MOUMIE© lance une campagne pour la réhabilitation de la Mémoire de ces deux grands hommes, et lance un appel afin que le gouvernement

camerounais puisse prendre ses responsabilités.

LA FONDATION MOUMIE© souhaite aussi que l’histoire de l’Hymne National du

Cameroun soit enseignée dans les écoles primaires du Camerounais, et dans les livres d’éducation civique, afin que les Camerounais puissent se réapproprier leur histoire, car ces deux noms qui ont offert au Cameroun une part importante de son patrimoine sont inconnus d’une grande majorité du Peuple.

Les cérémonies de la remise des Prix

LA FONDATION MOUMIE© organisera pendant le samedi 30 mai 2009 les cérémonies de la remise des Prix, dans l’enceinte du Palais des Nations à Genève. A cette occasion, une procession sera organisée, comme tous les ans, sur le chemin qui mène au « Plat d’argent » Rue des Paquis (actuellement Grand Rue) ou Moumie fut empoisonné. Tous les lauréats seront directement contactés par la Fondation pour les modalités pratiques de leur invitation à Genève. A cette occasion, le lauréat du 1er   Prix Moumie, Mr Mboua Massok, sera invité à titre exceptionnel.

Fait à Bruxelles, le 08 novembre 2008

Pour la Fondation Moumie

Clarice Hansen

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :